Toute routine a de la violence

L’aliénation est la routine du travail

Le travail est la routine du salarié

Exploiter est la routine du patron

Chez nous la routine est se réveiller tôt

Dans les rues, la routine… c’est la peur

 

Le massacre est la routine de la prison

La routine de l’État est l’exception

Le châtiment est la routine de la caserne

La routine des entreprises… est le cartel.

 

Crier est la routine qui fait du bien

Le silence est la routine qui convient

À ceux qui font de l’oppression une routine

En uniforme ou en soutane, peu importe

 

Protester est la routine des braves

Des gens qui affrontent le génocide

Pour l’indigène la routine est la tuerie

La routine aux favelas est l’obituaire

La routine aux palais… c’est le contraire

 

L’évasion fiscale est la routine des friqués

Le capital a la routine du mépris

La routine de ceux qui disent « durable »

Est faire le savoir indigène… vendable

 

La routine de la police est la vengeance

La lutte est la routine du changement

La routine des médias est le cynisme

La routine des play-boys… est l’hygiénisme

 

La violence est la routine du salarié

La violence est la routine des prisons

La violence est la routine qui convient

La violence est la routine du mépris

La violence est la routine de la caserne

La violence est la routine du cartel

 

Il ne s’agit pas de casser une banque

Toute routine est violente

Deixe uma resposta